Où en sont « l’esprit de défense » et « la volonté de se battre » chez les Taïwanais en 2022 ? : les sondages sont contradictoires


Chars et défenses anti-débarquement sur l’île taïwanaise de Xinmen, 2020


La montée en puissance des tensions dans le détroit de Taïwan, du fait de l’agressivité croissante du régime de Pékin, amène à s’interroger sur un facteur important en cas d’imminence d’un conflit : qu’en est-il de « l’esprit de défense  / the spirit of defence», ou de « la volonté de se battre / the will to fight» parmi la population taïwanaise ? On sait que cette « volonté de se battre » d’une société et d’un gouvernement est un facteur important dans l’histoire, et pas seulement du côté des forces armées : un rapport de la Rand Corporation américaine l’avait étudié en 20181. Elle peut être à la fois construite au sein de sa société par l’État menacé ; et sapée ou brisée par l’État agresseur potentiel, aux fins de décourager ou démoraliser son objectif. Ce qui est évidemment en arrière-plan de l’interrogation, c’est l’hypothèse d’une attaque militaire de la Chine communiste contre Taïwan. Et celle-ci s’emploie depuis des décennies (et surtout depuis l’élection de président.e.s verts), par des voies et moyens multiples 2, à affaiblir en amont cette volonté de se battre.

Dans la dernière livraison du Global Taiwan Brief du Global Taiwan Institute (Washington DC), Russell Hsiao fait le point sur cette question3, en prolongation de la récente livraison annuelle de l’Université Chengchi, qui soulignait le renforcement constant du sentiment d’appartenance à l’identité taïwanaise. Il fait état de deux enquêtes récemment publiées à Taïwan.

Où en est le « Will to fight » à Taïwan?

La Taiwan Foundation for Democracy (TFD, 4) a publié le 29 décembre 2021 une note sur la perception taïwanaise des valeurs démocratiques et la gouvernance, comportant un sondage sur l’esprit de défense 5. Il en ressort que 72,5% des sondés se battraient pour défendre leur pays contre une invasion continentale pour forcer la réunification; et 62,7% se battraient si l’invasion était consécutive à une proclamation de l’indépendance par Taipei. Ces chiffres sont en recul de 7 à 9 % par rapport aux résultats de l’année précédente.

Mais il apparaissent nettement discordants avec ceux d’une autre enquête sur les tendances de l’opinion publique taïwanaise 6, dont les résultats ont été publiés dans la livraison de janvier 2022 du mensuel Global View Monthly (GVM, 7). Selon celle-ci, 40,3 % seulement des personnes interrogées ont répondu qu’elles étaient «disposées à se battre ou à laisser les membres de leur famille se battre si la guerre éclatait [avec la Chine]» ; et 51,3 % « pas disposées à se battre ». Les femmes sont majoritairement opposées ; les jeunes très majoritairement opposés. De manière intéressante, les appartenances partisanes apparaissent comme tranchées : les sondés proches du groupe pan-bleu (le Kuomintang et ses alliés) sont opposés à 70,8 %; alors que les sondés proches du groupe pan-vert (le PDP et ses alliés) seraient prêts à 62 % à se battre.

I



On le sait, les sondages ne prévoient pas l’avenir. L’historien rappellera que quelques mois avant le déclenchement du premier conflit mondial (en 1914), la vigueur des campagnes pacifistes et antimilitaristes de la gauche syndicaliste-révolutionnaire et socialiste française laissait penser qu’une mobilisation générale préparatoire à la guerre rencontrerait une forte opposition. Or, dès la déclaration de guerre du 1er août 1914, l’Union sacrée a réuni tous les partis politiques, et a été soutenue par tous les syndicalistes. Les pacifistes de 1913 ne relèveront la tête qu’en 1917…

Pour en revenir à Taïwan, à « l’esprit de défense » et à « la volonté de combattre », tout dépendra donc de l’évolution des rapports de force régionaux ; des conditions de l’annonce d’un éventuel conflit (auquel les Taïwanais ne semblent pas croire, cf. tableau infra) ; du réseau d’alliances que Taipei aura alors réussi (ou pas) à tisser pour s’opposer à l’hégémonisme de Pékin ; et donc de la fiabilité du parrain américain, ébranlée aux yeux des opinions publiques par le départ précipité d’Afghanistan en août 2021…


NOTES

1 (Collectif) Will to Fight. Returning to the Human Fundamentals of War, RAND Corporation, Sept. 2018, 16p. Présentation et rapport en pdf: https://www.rand.org/pubs/research_briefs/RB10040.html

2 Les moyens d’un Etat totalitaire sont multiples, selon l’adversaire et les objectifs visés : pressions politiques, diplomatiques, militaires ou économiques ; menaces explicites ou implicites ; propagande, désinformation ; cyberattaques ; espionnage, infiltration, corruption, etc. Pékin déploie toute la gamme contre Taipei. On pourra utilement se reporter à la récente et encyclopédique étude publiée par l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire sur le sujet:

3 HSIAO Russel, New Opinion Polls Highlight Trends in Taiwan’s Will to Fight and Its Partisan Divide, Global Taiwan Institute (Washington DC), The Global Taiwan Brief, 12 janvier 2022, Volume 7, Issue 1. En ligne : https://globaltaiwan.org/2022/01/vol-7-issue-1/

4 La Taiwan Foundation for Democracy (TFD, 財團法人臺灣民主基金會) a été créée en 2003 à Taipei comme ONG non-partisane à but non lucratif, et travaille à la promotion des droits humains et de la démocratie, en particulier en Asie. Elle publie le Taiwan Journal of Democracy (TJD, bi-annuel), le Taiwan Democracy Quarterly (TDQ), et le rapport annuel China Human Rights Report. Cf. www.tfd.org.tw

5 « 2021 TFD Survey on Taiwanese View of Democratic Values and Governance » : sondage détaillé en mandarin, résumé en anglais : http://www.tfd.org.tw/opencms/english/events

6 Foresight Public Opinion Research Survey, « Taiwan Public Opinion Survey » . Nous ne disposons pas des données méthodologiques précises de ce sondage .Cf. FENG Shaoen, « 2022年最新民心動向調查:(…) 逾半民眾無意上戰場 [Plus de la moitié du public n’a pas l’intention de faire la guerre], GVM, 28/12/2021. Traduction: https://www-gvm-com-tw.translate.goog/TW.

7 Fondé en 1986, le mensuel Global View Monthly (GVM, 遠見雜誌) appartient au groupe d’édition Commonwealth Publishing, avec comme slogan « Comprehensive Knowledge, Progressive Ideas ». Cf. https://www.cwgv.com.tw/en


Les supports de publication des sondages, décembre 2021 et janvier 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :