KOXINGA (Zheng Cheng-gong, 鄭成功, 1624-1662), pirate et aventurier. Revendiqué sur « les deux rives ». Donc contesté.

 Pirate et aventurier: « héros national » des deux rives, ou «le Christophe Colomb des Aborigènes taïwanais » ?



Statue en bois de Koxinga dans son temple-mausolée de Taïnan


L’aventurier (pirate, marin, général) sino-japonais  Koxinga  (Zheng Cheng-gong,  鄭 成 功, 1624-1662) en lutte contre la dynastie mandchoue des Qing en Chine débarque à Taïwan (il avait décrété son autorité sur les Chinois de l’île dès 1655), et force les Hollandais à quitter Taïwan en 1662. Les Hollandais reviennent brièvement entre 1664 et 1668. Koxinga est célébré comme « héros national » (minzu yingxiong) et par le Kuomintang (qui lui érige de multiples statues, valorise son mausolée à Taïnan, etc.), et par le Parti communiste chinois (qui lui érige des statues, frappe une médaille, etc.), car son arrivée marque l’entrée de l’île dans l’espace impérial chinois des Ming. Il en a, en effet, chassé le colonisateur hollandais du sud (1662), puis installé un (éphémère : deux décennies) État s’inspirant des institutions traditionnelles chinoises. Ce royaume est considéré comme symboliquement important par les tenants d’une vue sino-centrée de Taïwan car ils le revendiquent comme le premier régime chinois de l’île[1].


Années 1950: la République de Chine émet plusieurs séries de timbres à l’effigie de Koxinga


1992: la Chine communiste émet une pièce de 5 yuan en argent


En 2003, sous le gouvernement du président CHEN (PDP, indépendantiste), l’exposition « Ihla Formosa. L’émergence de Taïwan sur la scène mondiale au XVIIe siècle » insistera plutôt sur les origines personnelles pour le moins composites du personnage (il est le fils d’un commerçant-pirate des mers chinois mais baptisé catholique [Nicholas Iquan], et d’une mère japonaise), qui règnera de manière éphémère qui représenterait plus le multiculturalisme de l’archipel que son entrée réelle dans le giron chinois, qu’il conviendrait de dater plutôt de 1887, quand Taïwan accède pour la première fois au statut de province chinoise… La présidente TSAI (PDP, élue en 2016, réélue en 2020) supprime les cérémonies de commémoration au niveau national, pour les déléguer au niveau de la municipalité de Taïnan.


2019: de jeunes Aborigènes protestent contre les commémorations de Koxinga


Plus récemment, des représentants Aborigènes ont contesté les cérémonies qui lui rendent hommage, mais occultent le début de la colonisation chinoise han, au détriment des tribus austronésiennes : ils comparent le rôle de Koxinga pour les Austronésiens à celui de Christophe Colomb pour les Amérindiens, tous deux ouvrant la colonisation au détriment des populations premières….


NOTES:

[1]  CROIZIER Ralph C.,  Koxinga and Chinese Nationalism. History, Myth, and the Hero, Cambridge, East Asian Research Center, Harvard University Press, 1977.



La défaite des Hollandais face à Koxinga (1662) a eu un grand écho en Europe






2019: Koxinga Beer, Taïwan



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :