Document – Le Communiqué conjoint nippo-chinois du 29 septembre 1972 entérine la reconnaissance par Tokyo «d’une seule Chine», à laquelle appartient Taïwan.


CHOU Enlai et TANAKA Kakuei, Pékin, 29 septembre 1972


Invité par le Premier ministre chinois CHOU En-lai, le Premier ministre japonais TANAKA Kakuei (1972-1974, PLD) se rend en visite officielle à Pékin du 25 au 30 septembre 1972. TANAKA rencontre MAO Tse-toung, président du Parti communiste (1943-1976), le 27 septembre. A l’issue de la visite est publié un «communiqué conjoint», qui (malgré les contentieux historiques: cf. le préambule) normalise la relation bilatérale (cf.préambule), et acte la reconnaissance par Tokyo de la République populaire de Chine selon le principe «d’une seule Chine» (cf. paragraphe 2) , et «l’appartenance inaliénable de Taïwan» à celle-ci (paragraphe 3).


Tanaka, Mao, Chou, 1972


Le texte du Communiqué conjoint du 29 septembre 1972

La version ci-dessous est celle du ministère japonais des Affaires étrangères: https://www.mofa.go.jp/region/asia-paci/china/joint72.html


Joint Communique of the Government of Japan and the Government of the People’s Republic of China (Chinois : 中華人民共和國政府與日本政府的聯合聲明) (Japonais : 日本国政府と中華人民共和国政府の共同声明)

September 29, 1972

Prime Minister Kakuei Tanaka of Japan visited the People’s Republic of China at the invitation of Premier of the State Council Chou En-lai of the People’s Republic of China from September 25 to September 30, 1972. Accompanying Prime Minister Tanaka were Minister for Foreign Affairs Masayoshi Ohira, Chief Cabinet Secretary Susumu Nikaido and other government officials.

Chairman Mao Tse-tung met Prime Minister Kakuei Tanaka on September 27. They had an earnest and friendly conversation.

Prime Minister Tanaka and Minister for Foreign Affairs Ohira had an earnest and frank exchange of views with Premier Chou En-lai and Minister for Foreign Affairs Chi Peng-fei in a friendly atmosphere throughout on the question of the normalization of relations between Japan and China and other problems between the two countries as well as on other matters of interest to both sides, and agreed to issue the following Joint Communique of the two Governments:

« Japan and China are neighbouring countries, separated only by a strip of water with a long history of traditional friendship. The peoples of the two countries earnestly desire to put an end to the abnormal state of affairs that has hitherto existed between the two countries. The realization of the aspiration of the two peoples for the termination of the state of war and the normalization of relations between Japan and China will add a new page to the annals of relations between the two countries.

The Japanese side is keenly conscious of the responsibility for the serious damage that Japan caused in the past to the Chinese people through war, and deeply reproaches itself. Further, the Japanese side reaffirms its position that it intends to realize the normalization of relations between the two countries from the stand of fully understanding « the three principles for the restoration of relations » put forward by the Government of the People’s Republic of China. The Chinese side expresses its welcome for this.

In spite of the differences in their social systems existing between the two countries, the two countries should, and can, establish relations of peace and friendship. The normalization of relations and development of good-neighborly and friendly relations between the two countries are in the interests of the two peoples and will contribute to the relaxation of tension in Asia and peace in the world.

1. The abnormal state of affairs that has hitherto existed between Japan and the People’s Republic of China is terminated on the date on which this Joint Communique is issued.

2. The Government of Japan recognizes that Government of the People’s Republic of China as the sole legal Government of China.

3. The Government of the People’s Republic of China reiterates that Taiwan is an inalienable part of the territory of the People’s Republic of China. The Government of Japan fully understands and respects this stand of the Government of the People’s Republic of China, and it firmly maintains its stand under Article 8 of the Potsdam Proclamation.

4. The Government of Japan and the Government of People’s Republic of China have decided to establish diplomatic relations as from September 29, 1972. The two Governments have decided to take all necessary measures for the establishment and the performance of the functions of each other’s embassy in their respective capitals in accordance with international law and practice, and to exchange ambassadors as speedily as possible.

5. The Government of the People’s Republic of China declares that in the interest of the friendship between the Chinese and the Japanese peoples, it renounces its demand for war reparation from Japan.

6. The Government of Japan and the Government of the People’s Republic of China agree to establish relations of perpetual peace and friendship between the two countries on the basis of the principles of mutual respect for sovereignty and territorial integrity, mutual non-aggression, non-interference in each other’s internal affairs, equality and mutual benefit and peaceful co-existence.

The two Governments confirm that, in conformity with the foregoing principles and the principles of the Charter of the United Nations, Japan and China shall in their mutual relations settle all disputes by peaceful means and shall refrain from the use or threat of force.

7. The normalization of relations between Japan and China is not directed against any third country. Neither of the two countries should seek hegemony in the Asia-Pacific region and each is opposed to efforts by any other country or group of countries to establish such hegemony.

8. The Government of Japan and the Government of the People’s Republic of China have agreed that, with a view to solidifying and developing the relations of peace and friendship between the two countries, the two Governments will enter into negotiations for the purpose of concluding a treaty of peace and friendship.

9. The Government of Japan and the Government of the People’s Republic of China have agreed that, with a view to further promoting relations between the two countries and to expanding interchanges of people, the two Governments will, as necessary and taking account of the existing non-governmental arrangements, enter into negotiations for the purpose of concluding agreements concerning such matters as trade, shipping, aviation, and fisheries.

Done at Peking, September 29, 1972

  • Prime Minister of Japan
  • Minister for Foreign Affairs of Japan
  • Premier of the State Council of the People’s Republic of China
  • Minister for Foreign Affairs of the People’s Republic of China »


Quelques commentaires

Ce communiqué conjoint de 1972, qui normalise les relations diplomatiques entre le Japon et la République populaire de Chine (RPC) , acte de jure et de facto la rupture des relations entre le Japon et la « République de Chine (ROC) à Taiwan ».

1/ La normalisation diplomatique

Le communiqué conjoint met fin aux « relations anormales » entre les deux pays, résultat des conflits successifs entre 1931 et 1945, et du traité de Sécurité américano-japonais du 8 septembre 1951, qui subordonnait la politique étrangère japonaise à la stratégie américaine d’endiguement du communisme[1]. Entre 1950 et 1972, les relations entre les deux pays ont été limitées à des échanges commerciaux modestes, avec des périodes de tension liées à la situation régionale (1952, 1958). La normalisation diplomatique découlait de la reconnaissance par l’ONU de Pékin comme représentant la Chine, au détriment de Taipei, en 1971 [2]; puis de la visite inattendue de Richard Nixon à Pékin en février 1972, qui a débouché sur une « Déclaration de Shanghai »[3]. Elle a été voulue par TANAKA Kakuei principalement pour développer les échanges économiques, et par Pékin pour ouvrir la Chine vers l’extérieur.

2/ La question de la fin de la guerre et d’un traité de paix

Du point de vue de Tokyo, la question de la fin de l’état de guerre entre la Chine et le Japon n’était pas évidente. Le Japon a fait valoir que même si la Chine de Pékin n’était pas liée par le traité de paix de Taipei du 25 avril 1952 entre le Japon et la République de Chine, ce traité établissait de fait une relation pacifique entre les deux pays.  Dans les discussions préalables, Pékin demandait que ce traité de Taipei soit annulé par Tokyo. Le Communiqué de 1972 ne met fin à l’état de guerre que de facto  (« À la date de l’annonce de la déclaration commune, l’état de guerre entre la République populaire de Chine et le Japon prendra fin. »), mais pas officiellement de jure. Toutefois, il prévoit la conclusion à venir d’un traité de paix. La question sera résolue par le traité de paix et d’amitié entre le Japon et la République populaire de Chine (chinois : 华人民共和国和日本国和平友好条 ; japonais : 日本国と中華人民共和国との間の平和友好条約), signé le 12 août 1978, pour une entrée en vigueur le 23 octobre 1978 à l’occasion de la visite d’État au Japon de DENG Xiaoping (1904-1997), alors vice-Premier ministre de la RPC.

3/  Les relations du Japon avec la République de Chine avant et à partir de 1972.

Le Japon d’après-guerre, occupé par les Américains, puis directement concerné par la guerre de Corée, ne peut alors établir de relations avec Pékin.  Ayant cédé Taïwan « aux Alliés » le 25 octobre 1945, puis signé le traité de paix de San Francisco avec les Etats-Unis le 8 septembre 1951, Tokyo va donc signer le 28 avril 1952 le traité de paix de Taipei entre le Japon et la République de Chine. Il rétrocède formellement la souveraineté de Taïwan « à la Chine », représentée légalement par la puissance signataire, la République de Chine, qui représente alors la totalité de la Chine, continent compris. C’est, à ce jour, le seul traité international définissant le statut international de Taïwan. Après le vote des Nations Unies en octobre 1971, Tokyo laisse entendre que le Japon ne reconnaissait plus le gouvernement de Tchang Kaï-chek comme le seul gouvernement légitime de Chine, mais uniquement comme « le gouvernement de Taïwan ».  Le Communiqué inverse évidemment la situation.  Le statut de Taïwan tel que défini dans le Communiqué conjoint de 1972 répond entièrement aux exigences de Pékin : Taïwan est une province de la République populaire de Chine, et une partie inaliénable du territoire chinois (« The Government of the People’s Republic of China reiterates that Taiwan is an inalienable part of the territory of the People’s Republic of China. »).

L’annonce du Communiqué a évidemment été mal reçue à Taipei, où les autorités ont manifesté leur mécontentement, et laissé se dérouler des manifestations hostiles à Tokyo. Les deux parties ont ensuite installé les structures associatives « privées » nécessaires après le retrait des représentations diplomatiques. Taipei installe à Tokyo « l’East Asian Relations Association » (qui devient en 1992 le « Taipei Economic and Cultural Representative Office in Japan ») ; Tokyo installe à Taipei « l’Interchange  Association » (qui devient en 2017 la « Japan–Taiwan Exchange Association » -chinois: 日本台灣交流協會; japonais:日本台湾交流協会). Dans les deux structures, les noms de Japon et de Taïwan n’apparaissent pas.

Les échanges économiques n’ont que brièvement souffert du changement de statut diplomatique. On notera que le lobby pro-taïwanais au Japon a travaillé à ce que les relations nippo-chinoises ne se développent pas au détriment des intérêts de Taipei. Et dans le contexte de la démocratisation de Taïwan, à partir du président LEE surtout, le soft power japonais a eu toute latitude de se développer à Taïwan, et de conforter l’image positive du Japon – une exception notable en Asie.  La répression politique en Chine (Tienanmen en 1989, XI Jinping depuis une décennie) a ultérieurement conforté l’image de Taïwan démocratique au Japon.

4/ La question de l’hégémonie en Asie orientale : les deux parties déclarent que « ni la Chine ni le Japon ne rechercheront l’hégémonie dans la région Asie-Pacifique, et s’opposeront à tout pays ou groupe de pays qui chercheraient à établir leur hégémonie. »


NOTES

[1]  Signé le même jour que le traité de paix de San Francisco, le 8 septembre 1951, entré en vigueur en avril 1952, le traité de sécurité entre les États-Unis et le Japon  (日本国とアメリカ合衆国との間の安全保障条約, parfois abrégé en ANPO, ou Anzen Hosho Joyaku) légalise la situation née de la défaite de 1945. Il  fait partie d’une série de pactes de sécurité que les États-Unis ont signés au début des années 1950 avec leurs alliés de la zone Asie-Pacifique (Australie, Nouvelle-Zélande, Philippines) dans le cadre de leur stratégie d’endiguement du communisme en Asie. L’article 9 de la Constitution japonaise de 1946 disposant que le Japon ne peut entretenir que des « forces d’autodéfense », le traité de 1951 accorde aux Américains le droit de  maintenir  sans restriction des forces militaires au Japon – bases militaires et stationnement de troupes. Le Japon ne peut concéder de facilités militaires à un pays tiers sans consultation préalable de Washington. En contrepartie, les États-Unis s’engagent à défendre le Japon (y compris en le faisant bénéficier du « parapluie nucléaire » américain). L’île d’Okinawa est laissée en dehors de l’aire d’application du traité, et reste sans occupation américaine jusqu’en 1972. Le traité a été régulièrement reconduit, malgré de violentes manifestations ciblant, en particulier, la question nucléaire (1960, 1968). Deux nouvelles dispositions ont été introduites par le traité de coopération mutuelle et de sécurité entre les États-Unis et le Japon du 19 janvier 1960, moins déséquilibré que celui de 1951 : le Japon s’engage à accélérer son effort de réarmement ; et les États-Unis devront consulter Tokyo avant d’engager des opérations militaires extérieures à portée du territoire nippon.

[2]    La République de Chine est expulsée de l’ONU et des OIG (agences onusiennes) au profit de Pékin le 25 octobre 1971.  Par un vote de l’Assemblée générale de l’ONU (alors dirigée par l’Albanie) « les représentants de TCHANG Kaï-chek » (« des autorités illégales n’existant que par la présence permanente des forces armées américaines à Taïwan ») sont exclus de l’organisation onusienne  (ONU-AG-Résolution 2758). Le recours à l’AG, où les pays socialistes appuyés par de nombreux pays décolonisés du Tiers Monde (en théorie « non-alignés »), ont peu à peu obtenu la majorité des voix, permet de contourner un Conseil de sécurité où Washington et la RDC disposent du droit de veto. Du point de vue du droit international, et quoique Pékin défende la thèse contraire, la République de Chine ne disparaît pas en droit, et continue d’être reconnue par des Etats (en nombre décroissant: 14 au 1er janvier 2022). A noter que Taïwan n’est nulle part mentionnée dans la résolution, mais bien la « République de Chine ». En application du principe « Une seule Chine » imposé par Pékin, les ambassades à Taipei sont transférées à Pékin (sauf la Nonciature apostolique), les puissances laissant, ou installant, à Taipei des « Instituts culturels » ayant quasi rang d’ambassade.

[3]  La visite officielle historique du président Richard Nixon en Chine a eu lieu du 21 au 28 février 1972. L’annonce-surprise en avait été faite en juillet 1971. Elle a été longuement préparée par le secrétaire d’État Henry Kissinger (dont Pékin chante depuis les louanges). Les rencontres bilatérales pendant le voyage de Nixon débouchent sur un communiqué commun, le « communiqué de Shanghaï », dont les 16 articles actent les positions respectives de Pékin et de Washington, dont plusieurs points d’accord, sur les tensions en Asie (Vietnam, Laos, Cambodge, Corée, Japon). La question de Taïwan fait l’objet d’un point spécifique. « Les États-Unis d’Amérique reconnaissent que les Chinois de part et d’autre du détroit de Taïwan considèrent qu’il n’y a qu’une seule Chine, dont Taïwan fait partie ». Les Etats-Unis notent, plutôt qu’ils n’approuvent, l’affirmation de Pékin selon laquelle Taïwan fait partie de la République populaire de Chine (La République de Chine tenant, à Taïwan, le même discours inversé). Pour Washington, la question de Taïwan doit trouver « un règlement pacifique par les Chinois eux-mêmes« . Dans cette perspective est affirmé l’objectif du retrait des forces et installations militaires américaines de Taïwan.


ANNEXE: le traité de paix sino-japonais de 1978

Source : Ministère japonais des Affaires étrangères: https://www.mofa.go.jp/region/asia-paci/china/treaty78.html

« TREATY OF PEACE AND FRIENDSHIP BETWEEN JAPAN AND THE PEOPLE’S REPUBLIC OF CHINA August 12, 1978

Japan and the People’s Republic of China,

Recalling with satisfaction that since the Government of Japan and the Government of the People’s Republic of China issued a Joint Communique in Peking on September 29, 1972, the friendly relations between the two Governments and the peoples of the two countries have developed greatly on a new basis.

Confirming that the above-mentioned Joint Communique constitutes the basis of the relations of peace and friendship between the two countries and that the principles enunciated in the Joint Communique should be strictly observed.

Confirming that the principles of the Charter of the United Nations should be fully respected.

Hoping to contribute to peace and stability in Asia and in the world.

For the purpose of solidifying and developing the relations of peace and friendship between the two countries.

Have resolved to conclude a Treaty of Peace and Friendship and for that purpose have appointed as their Plenipotentiaries:

    Japan: Minister for Foreign Affairs Sunao Sonoda

    People’s Republic of China: Minister of Foreign Affairs Huang Hua

    Who, having communicated to each other their full powers, found to be in good and due form, have agreed as follows:

[Article I]

1. The Contracting Parties shall develop relations of perpetual peace and friendship between the two countries on the basis of the principles of mutual respect for sovereignty and territorial integrity, mutual non-aggression, non-interference in each other’s internal affairs, equality and mutual benefit and peaceful co-existence.

2. The Contracting Parties confirm that, in conformity with the foregoing principles and the principles of the Charter of the United Nations, they shall in their mutual relations settle all disputes by peaceful means and shall refrain from the use or threat of force.

[Article II]

The Contracting Parties declare that neither of them should seek hegemony in the Asia-Pacific region or in any other region and that each is opposed to efforts by any other country or group of countries to establish such hegemony.

[Article III]

The Contracting parties shall, in the good-neighborly and friendly spirit and in conformity with the principles of equality and mutual benefit and non-interference in each other’s internal affairs, endeavor to further develop economic and cultural relations between the two countries and to promote exchanges between the peoples of the two countries.

[Article IV]

The present Treaty shall not affect the position of either Contracting Party regarding its relations with third countries.

[Article V]

1. The present Treaty shall be ratified and shall enter into force on the date of the exchange of instruments of ratification which shall take place at Tokyo. The present Treaty shall remain in force for ten years and thereafter shall continue to be in force until terminated in accordance with the provisions of paragraph 2.

2. Either Contracting Party may, by giving one year’s written notice to the other Contracting Party, terminate the present Treaty at the end of the initial ten-year period or at any time thereafter.

IN WITNESS WHEREOF, the respective Plenipotentiaries have signed the present Treaty and have affixed thereto their seals.

DONE in duplicate, in the Japanese and Chinese languages, both texts being equally authentic, at Peking, this twelfth day of August, 1978.   »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :