Une lecture de « Walk through 1947-2-28. A pilgrimage for our generation (走過:尋訪二二八) », Taipei, 28 février 2015.


Ce livret, ouvrage collectif, a été édité à l’occasion du 3e festival de musique Symbiose, organisé pour la commémoration de « l’Incident du 2-28 » le 28 février 2015, sur la place de la Liberté à Taipei. Il semble que l’édition en ait été épuisée le jour même, nous ne l’avons donc pas eue en mains.

Le festival de musique Symbiose est consacré en 2015 à « La résurrection de la jeunesse [Youth Resurrection] ». Il entend donc insister sur le rôle de la  jeunesse taïwanaise à la fois lors des événements de 1947, et dans la prise en compte contemporaine de 1947, dans la perspective de contribuer à la mobilisation politique et sociétale des jeunes nés après la levée de la loi martiale (le 15 juillet 1987). Ceux-ci peuvent ainsi rendre visite aux aînés acteurs ou témoins des événements, transmettre leur mémoire, parcourir les lieux mémoriels, participer à la justice transitionnelle.   

Le livret contient une série d’interventions et de témoignages sur le 2-28-1947. Quatre écrivains jettent un regard contemporains sur l’épisode : ZHU Yu-xun, HE Jing-yao, LIN You-xuan et LUO Yu-jia. Leurs textes sont suivis des points de vue d’un député, d’un avocat, de deux professeurs d’université et d’un chef d’orchestre. Et des témoignages d’acteurs ou de spectateurs des événements, et de leurs familles.

L’histoire et la mémoire (les mémoires) du 2-28 sont ensuite conçues comme un parcours (« A walk through ») en quatre thèmes, ou étapes :

1/ Le point de départ: l’incident déclencheur ;

2/ Le premier cheminement : retour sur le contexte historique;

3/ Le deuxième cheminement : parcours dans la mémoire des familles;

4/ Le troisième cheminement: vers la jeune génération.

Faute d’avoir vu ou lu ce livret, nous pouvons au moins souligner la très grande qualité graphique de la maquette de couverture, sobre mais d’une grande lisibilité symbolique. Elle est due au jeune designer Alex CHEN. Il explique avoir voulu représenter un voyage, une itinérance. Par des empreintes de pied sur une couverture embossée d’idéogrammes en relief mais non imprimés : dans le mouvement visuel de la couverture, l’idée est donc bien celle du pèlerinage mémorial.




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :