Le Pew Research Center publie son enquête annuelle 2022 sur la perception de la Chine dans 19 pays: elle confirme une détérioration constante de l’image de Pékin à l’international, à cause principalement des violations des droits humains par le régime de XI Jinping.


Le Pew Research Center de Washington a publié le 29 juin l’édition 2022 de son enquête annuelle sur la perception de la Chine dans 19 pays développés, enquête menée depuis 2002. Elle confirme une détérioration constante de l’image de Pékin dans les opinions publiques dans les pays étudiés. Les inquiétudes se cristallisent principalement autour des violations des droits humains, devant la montée en puissance militaire de la Chine. Les interrogations sur les origines de la pandémie de Covid-19, apparues en 2020, persistent.


Pew Research Center, « Negative Views of China Tied to Critical Views of Its Policies on Human Rights », Washington DC, June 29, 2022, 54 pages. Online: https://www.pewresearch.org/global/wp-content/uploads/sites/2/2022/06/PG_2022.06.29_views-of-china_REPORT.pdf


Une proportion record d’Américains (82%), de Sud-Coréens (80%), d’Allemands (74%) et de Canadiens (74%) a ainsi une opinion défavorable de la Chine. L’impopularité de la Chine de Pékin atteint aussi des niveaux records au Japon (87%), en Australie (86%) et en Suède (83%). Les pourcentages sont un peu moins importants en France (68 %. – le record avait été atteint en 2008 avec 72 %), et en Grèce (50 % – pourtant un pays qui entretient des relations moins dégradées avec la Chine).



On relèvera dans cette étude que l’évaluation des relations bilatérales est un peu moins négative que celle des politiques chinoises. Au moins en Europe occidentale, car elles sont jugées très défavorablement et dégradées aux Etats-Unis (à 70%) , et surtout dans la zone Asie-Pacifique : Australie (83%), Japon (81%) et Corée du Sud (74%). Les courbes sont particulièrement significatives de la montée des tensions dans la région, liée à l’agressivité croissante de la politique menée par XI Jinping dans le détroit de Taïwan, en mer de Chine du Sud, sur la question de Taïwan et des archipels japonais.



Si l’on considère les facteurs pays par pays, on peut mesurer l’impact direct des contentieux bilatéraux :

– en Corée du Sud après les représailles économiques de Pékin contre Séoul suite de l’installation d’un système anti-missile (pourtant dirigé contre la Corée du Nord) ;

– en Australie après les sanctions économiques contre Canberra sur la question des droits humains ;

– au Japon, avec les tensions multipliées autour des archipels japonais revendiqués par Pékin, et les menaces sur Taïwan, etc.

Le contraste entre la dictature en Chine et la démocratie à Taïwan est donc, sans surprise, de plus en plus important.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :